Chroniques

Chapelle royale, Château de Versailles
 -  27 juin 2015

Du Lorrain Henry Madin, on ne sait plus guère aujourd’hui qu’il fut successeur de Campra et collègue de Mondonville à la Chapelle royale à partir de 1741. Ce prêtre musicien né à Verdun en 1698, dont sont répertoriés...

voir
 
Opéra national de Paris / Auditorium Bastille
 -  26 juin 2015

Adriana Lecouvreur n’avait pas été représenté à l’Opéra national de Paris depuis la production du regretté Jean-Luc Boutté, en 1993. Mirella Freni, au crépuscule de sa grande carrière, avait été amplement...

voir
 
Opéra national de Lorraine, Nancy
 -  26 juin 2015

Avec la dernière production de sa saison 2014/15, l’Opéra national de Lorraine semblait tourner le dos à l’aujourd’hui en invitant le public dans le monde enchanté de la magicienne Armide, via les affres...

voir
 
Les Grandes Voix / Philharmonie, Paris
 -  22 juin 2015

Après Joseph Calleja, vendredi [lire notre chronique du 19 juin 2015], le dernier concert de la saison Les Grandes Voix est...

voir
 
ManiFeste / Centre Pompidou, Paris
 -  20 juin 2015

Voici ManiFeste arrivé au seuil du troisième tiers de son programme 2015. Une quinzaine de jours après la création du cycle orchestral complet Tour à tour de Philippe Hurel [lire...

voir
 

l'objet sonore

bleu nuit éditeur (2015) 176 pages
- ISBN 978-2-35884-047-7

Dans la ligne éditoriale de la collection Horizons de chez Bleu nuit éditeur, voilà un ouvrage qui marquera les esprits par la teneur du propos, la fulgurance du récit et la richesse des illustrations qui...

voir
 
1 CD æon (2015)
- AECD 1222
CD

Diplômé de l’École Nationale des Langues Orientales, pensionnaire à la Villa Médicis, co-fondateur de L’Itinéraire ou encore enseignant à l'Université Columbia (New York), Tristan Murail (né en 1947) multiplie les...

voir
 
Actes Sud (2015) 232 pages
- ISBN 978-2-330-03969-1

Le 11 novembre 1947, condamné à mort par contumace, un jeune résistant communiste prend le train pour Paris, muni d’un faux passeport : Iannis Xenakis (1922-2001). Il fuit la Grèce qui, dès l’enfance, l’a...

voir
 
1 CD NEOS (2014)
- 11410
CD

Venu à la musique par l’apprentissage du violon, à l’âge de sept ans, Franco Donatoni (1927-2000) étudie dans diverses institutions, lycée musical (Vérone) et conservatoires (Milan, Bologne), jusqu’à sa...

voir
 

1 CD Atma Classique ACD2 2644

Encore adolescent, l'Allemand Künhel (1645-c.1700) débute sa carrière comme Violdigambist, offrant ensuite plus d’une composition à son instrument de prédilection....

en echo

Opéra Royal de Wallonie – saison 2015/2016
Une saison passionnante à l'Opéra Royal de Wallonie (Liège)

Saluons le grand succès de la maison liégeoise, avec ses 96% de taux de remplissage – un record pour une ville de quelque 200 000 âmes ! Tout en faisant la part belle au répertoire lyrique italien, Stefano Mazzonis di Pralafera, directeur général et artistique de l’Opéra Royal de Wallonie – il mettra lui-même en scène Il barbiere di Siviglia (Rossini) et Lucia di Lammermoor (Donizetti) dès octobre, puis La traviata (Verdi) et La bohème (Puccini) au printemps –, propose une saison 2015/16 qui sort des sentiers battus. Ainsi de La scala di seta de Rossini (en mars), loin d’être un « classique » sur les scènes belges ou françaises, du Segreto di Susanna de Wolf-Ferrari dont il initialise la première en Belgique (janvier), et surtout de cette absolue rareté qu’est Manon Lescaut de Daniel-François-Esprit Auber. Conçu en 1856, soit une trentaine d’années avant les ouvrages de Massenet (1884) et Puccini (1892) inspirés par la même source, cet opéra qu’on ne connaît guère que par le disque (gravures EMI par Jean-Pierre Marty avec Mady Mesplé, 1974 et Le Chant du Monde par Patrick Fournillier avec Élisabeth Vidal, 1990) retrouvera les planches à partir du 30 mars 2016, sous la battue de Cyril Englebert et mis en scène par Paul-Émile Fourny, avec Sumi Jo dans le rôle-titre. Voilà qui promet ! en savoir plus

Opéra de Saint-Étienne – saison 2015/2016
Opéra de Saint-Étienne, saison 2015/2016

Après divers rebondissements et déboires juridiques, la saison 2015/16 de la maison stéphanoise sera bien assumée (à budget restreint) par le nouveau directeur général, Éric Blanc de La Naulte. Elle est rebaptisée Opéra de Saint-Étienne, même si le bâtiment demeure pluri-disciplinaire, assurant aussi une saison théâtrale. Il reste unique en son genre : ses 36 000m² permettent de regrouper tous les personnels administratifs, techniques et artistiques qui concourent à la réussite des spectacles produits in loco. La brochure leur rend hommage à travers quarante-huit portraits qui marquent l’étonnement en forme de O, comme le nouveau logo du lieu. Riche de six opéras, cette saison lyrique commencera par Le médecin malgré lui (Gounod), continuant avec Tosca (Puccini), L’Italienne à Alger (Rossini), Les caprices de Marianne (Sauguet), Le roi d’Ys (Lalo) et Nabucco (Verdi), distribués à des chanteurs français. Quatre divas sont invitées en récital : Annick Massis, Béatrice Uria-Monzon, Karine Deshayes et Inva Mula. N’oublions pas une série de concerts symphoniques et de musique de chambre interprétée par les solistes de l’Orchestre symphonique de Saint-Étienne Loire. Retour de la danse avec sept productions. Enfin, une attention particulière vers le jeune public qui bénéficiera de tarifs attractifs au travers des productions qui le concernent, comme ce Fidelio revisité par la Cie Walpurgis en opéra-conte.en savoir plus 

Opéra de Toulon – saison 2015/2016
la prochaine saison de l'Opéra de Toulon

Malgré une baisse de 10% de sa subvention annuelle, l’Opéra de Toulon maintient une saison lyrique intéressante avec sept spectacles, ainsi qu’une programmation symphonique cohérente qui, outre de proposer des classiques plus ou moins attendus, ose quelques raretés, comme Églogue, poème virgilien pour orchestre composé en 1899 par Henri Rabaud (1873-1949) [à entendre le 11 mars]. Cette fois, pas de nouvelle production mais une année à accueillir les mises en scène d’autres horizons, comme Pelléas et Mélisande de Nice [lire notre chronique], Tosca de Liège, Il trovatore de Trieste, La traviata de Jesi, Così fan’ tutte de Tours et Die Dreigroschenoper de Metz/Reims/Tours [lire notre chronique]. Enfin, outre quelques rendez-vous chambristes, l’institution présente en ciné-concert The Kid, film de Chaplin pour lequel elle a passé commande au jeune Hugo Gonzalez-Pioli, déjà auteur de musiques pour Easy Street et The Cure (7 et 8 novembre). en savoir plus 

Edito

juillet 2015

« Dans la taverne d’Eastcheap, Falstaff observe qu’il n’est pas seulement drôle mais qu’il encourage malgré lui qu’à ses dépens d’autres le soient aussi. Le monde compte en grand nombre des imbéciles, dont ici je tairai le nom, qui inversent la formule : non seulement ils se conduisent comme des sots mais encore sont-ils la cause que de moins imbéciles, confrontés à leur bavardage et à leurs grimaces, deviennent tout à fait bêtes. »

Heinrich von Kleist, Berliner Abendbätter du 31 XII 1810

dossier

Marko Letonja, un portrait
Parallèlement au Tasmanian Symphony Orchestra, Marko Letonja dirige depuis l’automne 2012 l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg où il succédait à Marc Albrecht. Depuis une mémorable « Résurrection » de Gustav Mahler, il nous tardait de rencontrer le chef slovène. Ce fut chose faite, au lendemain d’une fort belle interprétation du « Château de Barbe-Bleue » de Bartók. Fervent défenseur de la musique de notre temps, comme le démontrent régulièrement ses choix de programmation, mais encore découvreur passionné d’un répertoire toujours plus large, dans le domaine symphonique comme à l’opéra, Marko Letonja nous fait part de ses enthousiasmes comme de ses doutes, sans langue de bois, avec une générosité simple et précieuse comme il n’en est guère [photo © grégory massat]…
voir
 

Partenariat

Depuis le milieu des années quatre-vingt, Elena Zaremba a conquis le monde dans le répertoire russe aussi bien qu’italien, français et allemand. Aujourd’hui, accompagné par la pianiste Antonina Kadobnova, le mezzo-soprano chante la mélodie de son pays natal. Couvrant un siècle de production, l'on entendra ici des pièces signées César Cui, Alexandre Dargomyjski, Mikhaïl Glinka, Nikolaï Medtner, Sergueï Rachmaninov, Anton Rubinstein et Piotr Tchaïkovski. (1 CD Melodiya MEL CD 10 02319)

Anaclase

Régulièrement l’équipe décerne une Anaclase! aux sorties d’albums qui ont attiré son attention.