Chroniques

par bertrand bolognesi

Arie van Beek dirige l’Orchestre de Chambre de Genève
Anush Hovhannisyan (soprano) et Iurii Samoilov (baryton-basse)

œuvres de Dmitri Chostakovitch, Aaron Copland et Charles Ives
Léman Bleu / Bâtiment des Forces Motrices, Genève
- 27 avril / 1er et 8 mai 2021
Quatorzième de Chostakovitch par Arie van Beek à Genève
© dr

Le mardi 27 avril, le Bâtiment des Forces Motrices ouvrait ses portes au public, dans une jauge strictement limitée par les mesures sanitaires, pour ce concert de l’Orchestre de Chambre de Genève. Le programme, intitulé Le grand voyage – on l’aurait presque pu nommer Guerre froide ou De chaque côté du mur, n’était l’anachronique présence parmi les trois opus joués d’une page de 1911 –, fit l’objet d’une captation par l’équipe de Léman Bleu afin d’en diffuser la première partie le samedi 1er mai et la seconde une semaine plus tard. Nous voici donc en mesure de rendre compte de la totalité du menu qu’il aurait été préférable, certes, de goûter in loco et sans cette prothèse numérique à laquelle jamais l’on ne s’habituera, mais les temps étant ce qu’ils sont…

La Symphonie en sol mineur Op.135 n°14 que Dmitri Chostakovitch [photo] écrivit en 1969 fait le sujet du premier round, une œuvre sombre articulée en onze mélodies sur la mort, d’après des vers empruntés au Français d’origine polonaise Guillaume Apollinaire (1880-1918), à l’Andalou Federico García Lorca (1898-1936), au russe d’origine allemande Wilhelm Küchelbecker (1797-1846) et à l’Austro-hongrois Rainer Maria Rilke (1875-1926). Aussi ses arrière-plans sont-ils la Guerre civile espagnole, la répression de l’insurrection décembriste et la Grande Guerre. Si nous l’avons découverte autrefois par un enregistrement qui mêlait les idiomes originaux des poèmes mis en musique, au concert toujours nous l’avons entendue chantée en langue russe [lire nos chroniques du 13 septembre 2003 et du 31 janvier 2019, ainsi que notre critique du CD des Berliner Philharmoniker], dans une traduction de Valeria Vlazinskaïa. En 1962, Chostakovitch réalise l’orchestration des Chants et danses de la mort de Moussorgski (1875-77). Est-ce cette fréquentation qui suscite ensuite le désir d’approfondir le sujet ? Sans doute l’infarctus de 1966 y est-il pour quelque chose, de même que la conscience du déclin de sa santé qui nécessita une hospitalisation durant les deux premiers mois de l’année 1969.

Il revient au jeune baryton-basse ukrainien Iurii Samoilov d’ouvrir le concert avec De profundis où l’impact vocal, comme déposé sur la tendresse des cordes, donne le frisson. Le chant, infiniment recueilli, bénéficie d’un timbre pleinement creusé qui rehausse la relative austérité de l’instrumentarium (cordes et percussions) et de la construction dodécaphonique. Le soprano arménien Anush Hovhannisyan prête ensuite à Malagueña une pâte vocale généreuse qui contraste avec la tonicité de l’orchestre. Après García Lorca, Apollinaire dont nous entendons six pages, à commencer par la fameuse Loreley qui, pour nous, manque assez d’engagement interprétatif ; la voix est belle, indéniablement, mais non investie de l’expressivité requise. Le suicidé est dépourvu de ces gelures typiques, attendues dans la musique de Chostakovitch, mais la lecture des chambristes genevois s’avère parfaitement fiable. Sans doute est-ce aussi le moment où la chanteuse porte tout de même une certaine charge émotionnelle, quoique fort discrète. Après la férocité des Attentives I, entre drame et cirque militaire – un souvenir mahlérien –, Les attentives II s’inscrit telle une saynète dans l’œuvre. Poignant, Samoilov livre À la santé qui, depuis les col legno cruel, pour ainsi dire, des contrebasses et violoncelles, va droit au cœur. Pleine, la voix prend tout l’espace lorsque surgissent les sons vibrés. Bien qu’un peu lente sous la battue prudente d’Arie van Beek, la hargne à l’encontre du tyran affiche une rudesse mafflue dans Réponse des Cosaques zaporogues au sultan de Constantinople, dotée d’une voix riche, indignée et péremptoire à souhait. L’élégie Ô Delvig, Delvig (Küchelbecker) révèle d’autres facettes du baryton dont l’expressivité est un des grands atouts. Les infimes imprécisions d’intonation d’Hovhannisyan sèment le doute dans La mort du poète (Rilke), avant la Conclusion (Rilke) en duetto, presque parlando, où le soprano s’avère plus brillant.

Le soir du samedi 8 mai, nous écoutons-regardons la suite du concert sur Léman Bleu. Quittons l’URSS de Brejnev pour les USA d’Hoover avec Three places in New England de Charles Ives, esquisses symphoniques brossées séparément vers 1904 puis rassemblées en 1913, enfin créées en février 1930, après une première révision l’année précédente – il y en aurait une seconde en 1935. Les mélomanes privés de cuivres sont à la fête avec les entrelacs de fanfares ! L’énigme harmonique de The St. Gaudens in Boston Common, imaginé à partir du solo pianistique de 1901 The St. Gaudens, est sagement mise en relief par une interprétation qui favorise la clarté de chaque timbre, dans une saine souplesse générale de l’articulation où chaque trait solistique est soigneusement ciselé. Putnam's Camp, Redding, Connecticut fleure sa fête étasunienne et fait montre d’un pupitre de cuivres en bonne santé dont la franche cordialité rencontre la délicatesse inouïe des cordes. Si une dizaine d’airs folkloriques s’y chevauchaient au fil de superpositions osées, The Housatonic at Stockbridge s’en tient à un parfum sans citer directement ses sources, dans un climat d’étrange langueur où se distingue un trait de violoncelle fort bien tenu (Dan Sloutskovski). Après un bref climax quasi bruitiste, le triptyque s’éteint en une calme coda.

Les voix reviennent pour une sélection de six des dix Old American Songs collectées et arrangées par Aaron Copland pendant l’ère Truman, de 1950 à 1952. Ici, l’Orchestre de Chambre de Genève et Arie van Beek s’ingénient à maintenir toujours une sonorité moelleuse, parfois opulente même, à laquelle répond la gouaille inattendue d’Iurii Samoilov [lire nos chroniques de La légende de la ville invisible de Kitège et de la demoiselle Févronie, Le joueur, Le siège de Corinthe, La Cenerentola et Der ferne Klang], particulièrement délicieuse dans I bought me a cat ! On espère entendre bientôt ces artistes en vrai.

BB